9 Septembre 1999 au 16 Septembre 1999 - Logo AFS


Découverte de l'Afrique du Sud

1 - Le Vol :
(Retour au sommaire)

Prendre l'avion vous me direz que ce n'est pas bien compliqué, mais c'est toujours une joie pour moi, surtout quand vous avez droit à une escale dans la capitale malgache Tananarive (Nom international : Antananarivo que j'aperçois le cœur serré.

Je n'ai pas pu observer la côte, car une couche de nuages empêchait toute vue au sol mais à l'approche de l'aéroport Ivato, j'entrevois la campagne au petit jour.

C'est un paysage de collines, couleur presque ocre, quadrillé par des pistes plus claires. Des champs irrigués aux teintes vert clair parsèment le tout comme un léger saupoudrage. (probablement des rizières ?)

Les roues touchent la piste cernée de barbelés et de murs d'enceinte; (certainement pour tenir éloigné le bétail du tarmac) La piste et les bâtiments n'ont rien à envier à un aéroport de nos provinces.

La plupart des passagers descendent, on s'affaire autour du boeing. Un vieux tracteur assure le plein.

Embarquement de quelques afrikaners (ça promet pour l'accent!) et de toute la délégation des sportifs de Madagascar en route pour Johannesburg et les jeux d'Afrique.(All Africa Games)

Nous repartons assez rapidement et survolons la partie Ouest du centre malgache, cette fois bien dégagée. Auparavant on a pu apercevoir, sur le coté de l'appareil, la capitale étalée à flanc de collines sur une surface qui me parait très étendue. Les couleurs sont peu contrastées mais chatoyantes et les bâtisses en cascade donnent du relief.

Après les plateaux d'altitude de la capitale, on survole tour à tour des paysages arides très ravinés qui ont tout, de par leur couleur, de la surface martienne, puis quelques zones marécageuses à l'approche de la côte et enfin le magnifique delta d'un fleuve. (peut-être le Mangoky)

Après c'est le grand bleu du canal du Mozambique, ponctué au bout de 50 minutes par un atoll à proximité des îles françaises Europa.

A la fin de la traversée, je découvre la côte sud africaine que nous longeons durant plusieurs centaines de kilomètres. Côte sablonneuse qui parait très sauvage hormis les nombreux lacs aménagés en bordure de côte pour permettre une baignade sécurisée loin des dents acérées des "re-re".

Puis après une grande portion de terre nous amorçons notre descente sur Johannesbourg. Je n'aperçois pas de grands immeubles ou de hautes habitations mais plutôt, de part et d'autres des grandes voies routières qui quittent la ville, des banlieues tantôt pavillonnaires aux multiples piscines tantôt des townships à la couleur ocre. Tout est assez bien ordonné et la ville s'étend sur une immense surface qui parait très aride.

L'aéroport de Joburg est flambant neuf, tout le monde y est parfaitement habillé. Je me dirige vers le comptoir 'British Airways' pour mon transit vers Cape Town et je suis tout de suite confronté à un autre mode de vie que celui auquel je m'attendais. Le service est extrêmement soigné, la clientèle assez âgée parle Afrikaner.

Le vol entre Joburg et Cape Town se fait dans les nuages, là-bas c'est la tempête et j'entrevois au passage les sommets enneigés. Quel contraste!

Retour au début

. Retour possible vers : Sommaire Afrique du Sud
   ou
. Suite possible vers : Cape Town


_________________________________


© CopyrightDepot.com - n°: 00033272 du 07/10/2001">©